Agriculteurs en colère : à qui la faute ?

Alors que depuis plusieurs semaines de nombreux agriculteurs manifestent le fossé ne cesse de se creuser entre nous. Cette crise est présentée par la FNSEA comme une crise des prix en cherchant des boucs émissaires coûte que coûte. C'est ainsi que l'on a vu tour à tour les grandes surfaces puis les industriels de l'agroalimentaires montrés du doigt. Mais c'est tomber dans la facilité que de déverser du fumier ou des pneus devant ces enseignes, pire encore c'est un délit de saccager des infrastuctures publiques que tous nous paierons afin de les restaurer. Le syndicalisme agricole oublie une chose c'est lui qui depuis des dizaine d'années participe à la cogestion de l'agriculture française et aux choix décidés à Bruxelles au travers de la PAC. L'exemple le plus frappant est la fin des quotas laitiers décidée il y a quelques années avec le consentement de la FNSEA et du ministre de l'époque, le résultat était connu : augmentation de la production de lait dans l'UE et baisse des prix, pourquoi n'avoir rien fait à l'époque ?

Aujourd'hui les fermes qui s'en sortent le mieux sont celles engagées dans de vraies filières de qualité ( Label rouge, Bio ect ) et où la valeur ajoutée est correctement répartie entre tous les acteurs et ce d'un commun accord. L'agriculture s'est mondialisée et nous ne rivaliserons jamais avec d'autres pays n'ayant pas les mêmes conditions de production. Il faut redonner à l'acte de produire un sens à savoir celui de nourrir nos concitoyens et certainement pas celui de nourrir la planète comme on peut l'entendre encore parfois.

Actualités

18 Février 2017

La vache des 1000 fermes

30 Décembre 2011

Bonheur et prospérité